Bulle d'O
Haptonomie, naturopathie

Karine STOCK
67 rue Roger Bérin
54270 ESSEY les NANCY

Tél : 06 85 66 98 55

 

Prendre RDV en ligne

 

 

 

Horaires :
 
Lundi 8h30 / 12H30 - 14h / 17h
Mardi 8h30 / 12h30 - 14h / 17h
Mercredi 8h30 / 12h30
Jeudi 8h30 / 12h30 - 14h / 18h

Vendredi 8h30/ 12h30 - 14h / 17h

 

Tarifs des prestations

 

Découvrez de nombreux articles autour de la naissance et de la parentalité bienveillante sur ma page Facebook. N'hésitez pas à me demander en amie !

 

 

Haptonomie à Nancy.

Accompagnement affectif à la naissance à Nancy en Lorraine (54).

Accompagnement haptonomique du bébé de la naissance à la marche à Nancy en Lorraine à Nancy.

Haptonomie, accompagnement affectif à la naissance et accompagnement du bébé de la naissance à la marche à Nancy en Lorraine (54)

Comment soulager les maux de dos pendant la grossesse ?

Avec les nausées, les maux de dos font partie des réjouissances de la grossesse ! Pour soulager les futures mamans, certaines maternités développent aujourd'hui une offre de soins faisant appel à l'acupuncture, l'ostéopathie et la kinésithérapie.

Les lombalgies sont souvent présentées comme faisant partie des petits maux et douleurs de la grossesse, mais cela ne les rend pas moins invalidantes et difficiles à soulager. La future maman a alors besoin de trouver des réponses autres que médicamenteuses. Certaines maternités qui travaillent avec des professionnels de santé spécialisés offrent une prise en charge précoce.

Les causes des maux de dos pendant la grossesse

 

"L'imprégnation hormonale de la grossesse serait une des origines des maux de dos, explique Stéphanie Nicolian, sage-femme et acupunctrice au centre intégré de médecine chinoise à la maternité du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière (Paris). En favorisant un relâchement des ligaments, des muscles et des tendons au niveau du bassin afin de faciliter sa mobilité lors de l'accouchement, les œstrogènes et la relaxine affaiblissent la ceinture lombo-pelvienne".

Dans le même temps, "le poids croissant de l'utérus va modifier le centre de gravité du bassin. Il se déplace vers l'avant, ce qui oblige la femme à se cambrer davantage", analyse la sage-femme. C'est ce qu'on appelle, dans le jargon médical, l'hyperlordose.

Ces deux facteurs, hormonaux et mécaniques, provoquent "des douleurs au niveau des lombaires et du sacrum, dans le bas du dos, mais aussi au niveau du pubis et de l'aine". Loin d'être rares, elles concerneraient 45 % des femmes enceintes. Et "quant aux femmes qui connaissaient des maux de dos avant la grossesse, ceux-ci peuvent s'aggraver", observe la sage-femme.

Consulter en maternité pour les lombalgies de la grossesse

Si le tableau paraît bien sombre, on peut heureusement avoir recours à diverses techniques pour soulager la douleur ; il est préférable de consulter en maternité, ces techniques nécessitant une formation particulière pour les femmes enceintes.

C'est notamment le cas de l'acupuncture, qui consiste à stimuler des points énergétiques grâce à des fines aiguilles placées à des endroits stratégiques. "Nous intervenons sur différents points qui vont assouplir les articulations vertébrales, notamment au niveau lombosacré, et atténuer les contractures musculaires qui accompagnent souvent ces douleurs, précise le Dr Annick Bigler, médecin acupunctrice dans les deux maternités du CHU de Strasbourg, dans lesquelles douze sages-femmes ont également été formées à cette technique. Les séances ont lieu une fois par semaine, pendant trois semaines. Si les lombalgies réapparaissent, les patientes peuvent bien évidemment revenir". Mais attention, "certains points d'acupuncture sont à proscrire car ils pourraient mettre en route le travail", met en garde la spécialiste.

Ces soins se font en complémentarité avec ceux dispensés par les deux kinésithérapeutes de la maternité. "Nous travaillons beaucoup sur les postures, explique l'un d'entre eux, Thomas Simon : comment se coucher sur le ventre ou sur le côté, mais aussi comment se tenir en position debout, surtout dans des contextes professionnels". Et le kiné d'ajouter : "Les femmes ont tendance à tout vouloir contrôler, y compris leur ventre qui s'arrondit, alors qu'à l'inverse elles doivent l'accepter et laisser aller naturellement la cambrure des reins pour éviter les maux de dos et, notamment, les contractures du muscle piriforme qui donnent lieu à des compressions du nerf sciatique".

Mais surtout, observe-t-il, ce sont "les conflits intrapsychiques qui fabriquent de la douleur". Il préconise alors les massages, "un moyen de médiation corporelle pour aider la future maman à accepter les changements de son corps".

L'ostéopathie a elle aussi sa place dans la prise en charge des maux de dos pendant la grossesse. A la maternité franco-britannique de Levallois-Perret, Sylvie Blanchard, ostéopathe, consulte tous les soirs. Elle intervient au niveau du bassin, des vertèbres lombaires, en mobilisant les articulations et les muscles davantage sollicités pendant la grossesse, mais aussi au niveau du pubis pour favoriser le relâchement ligamentaire. "Les manipulations sont spécifiques aux femmes enceintes et nécessitent une formation dédiée, pour éviter tout risque de fausse-couche", insiste l'ostéopathe.

Des techniques douces qui restent à évaluer

Ces techniques sont-elles efficaces pour lutter contre la douleur ? Selon une première étude clinique réalisée l'an dernier par Stéphanie Nicolian auprès de 40 patientes, "après quatre séances d'acupuncture, l'intensité de la douleur a diminué de moitié : avant le traitement, l'échelle de la douleur² est en moyenne à 60/100, et après le traitement, elle diminue de moitié à 30/100. On considère qu'un patient est non douloureux ou très peu douloureux lorsque le seuil est inférieur à 40/100". Pour aller plus loin, la maternité du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière doit réaliser en septembre 2012 une évaluation médico-économique du traitement par acupuncture des douleurs lombo-pelviennes de la grossesse.

Quid des médicaments pour soulager la douleur ?

Et si aucune de ces approches ne soulage, peut-on compter sur un traitement médicamenteux ?

On le sait, la prise de médicaments est très limitée pendant la grossesse. Et il faut bien entendu toujours demander l’avis de son médecin et proscrire l’automédication. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont absolument contre-indiqués chez la femme enceinte.

Pour les douleurs modérées, le paracétamol peut être utilisé comme antalgique. Si les douleurs sont fortes, voire très fortes, on peut avoir recours à la codéine et à la morphine, mais ces médicaments ne sont pas sans effets secondaires : "Ils sont à éviter en fin de grossesse en raison du risque de sevrage du nouveau-né et de détresse respiratoire", explique Stéphanie Nicolian. Le magnésium trouve également sa place en cure pour faire face aux transformations ligamentaires.

"Il ne faut pas oublier les conseils simples d'hygiène de vie qui sont utiles et qui évitent l'augmentation des douleurs", ajoute la sage-femme. L'utilisation de postures adéquates, le repos, le port de ceinture de soutien lombo-pelvien adaptée, une prise de poids non excessive tout au long de la grossesse sont des conseils qu'elle préconise régulièrement. Enfin, "les exercices aquatiques en piscine, dédiés aux femmes enceintes, ainsi que toutes les activités qui peuvent amener une détente pour les futures mamans souvent un peu stressées, sont les bienvenus en attendant l'arrivée de bébé", conclut-elle.

 

 

Source : Doctissimo