Bulle d'O
Haptonomie, naturopathie

Karine STOCK
67 rue Roger Bérin
54270 ESSEY les NANCY

Tél : 06 85 66 98 55

 

Prendre RDV en ligne

 

 

 

Horaires :
 
Lundi 8h30 / 12H30 - 14h / 17h
Mardi 8h30 / 12h30 - 14h / 17h
Mercredi 8h30 / 12h30
Jeudi 8h30 / 12h30 - 14h / 18h

Vendredi 8h30/ 12h30 - 14h / 17h

 

Tarifs des prestations

 

Découvrez de nombreux articles autour de la naissance et de la parentalité bienveillante sur ma page Facebook. N'hésitez pas à me demander en amie !

 

 

Haptonomie à Nancy.

Accompagnement affectif à la naissance à Nancy en Lorraine (54).

Accompagnement haptonomique du bébé de la naissance à la marche à Nancy en Lorraine à Nancy.

Le terrain H : Hypoglycémique

Votre terrain est le résultat d’un ensemble de facteurs héréditaires et environnementaux. Dans la majorité des cas il est fortement lié à la consommation excessive de sucres rapides : sucreries, sucre blanc, pâtisseries, sodas et jus de fruits sucrés. Les sucres rapides (par opposition aux sucres lents contenus dans les céréales et certains légumes), pénètrent rapidement dans l’organisme. Ils provoquent une augmentation importante de taux de sucre dans le sang, suivie 2 à 3 heures après leur absorption, d’une chute brutale de ce taux appelée « hypoglycémie réactionnelle ». Non seulement cet effet « rebond » relance le besoin de consommation de sucre, mais il s’accompagne d’une sensation particulière, que l’on dénomme communément « coup de pompe » et qui intervient le plus souvent en fi n de matinée ou d’après-midi.
L’hypoglycémie réactionnelle entraîne une surconsommation cellulaire d’oligoéléments et de vitamines B.
Elle s’accompagne de nombreux troubles psychologiques : hyperémotivité, nervosité, agressivité. A long terme, le terrain hypoglycémique épuise l’organisme, provoque des désordres métaboliques entraînant une sensation incontrôlable de fatigue et conduit souvent à une surcharge pondérale marquée (obésité).
En revanche, dans de rares cas, le terrain Hypoglycémique est lié à une réserve en sucres insuffi sante au niveau du foie. L’origine peut être une insuffi sance de consommation de sucres complexes ou une faiblesse métabolique.

 

1. Se référer le plus possible à l’index glycémique des aliments,
en choisissant des aliments à index glycémique bas
, de préférence riches en fi bres : légumes, produits
céréaliers complets ou semi-complets, végétaux frais.


2. Faire la chasse à tous les sucres raffinés (dans les sodas,
sucreries, pâtisseries, viennoiseries, barres de céréales, chocolat,
confi ture au sucre blanc… farines et dérivés, céréales raffi nées),
les édulcorants de synthèse type aspartam.


3. Limiter les produits laitiers surtout bovins, qui, quel que
soit leur index glycémique, induisent une sécrétion d’insuline.


4. Favoriser :
• Les céréales et farines complètes ou semi-complètes (riz, pâtes,
pain, galettes…).
• Les légumineuses (pois chiches, lentilles…), les pommes de
terre cuites vapeur.
• Les fruits et les légumes pour leur pouvoir anti-oxydant.
• Les aliments riches en vitamines B, micronutriments indispensables à la transformation des glucides : soja, germe de blé, oeufs, avocat, poissons, abats,
graines de tournesol, haricots blancs…
• Les graines germées (riz, sarrasin, soja jaune, lentilles, luzerne…) pour leur richesse en nutriments directement assimilables (vitamines dont B, minéraux et oligo-éléments, enzymes).
• Le sucre complet (type rapadura), la stévia (si l’on ne peut se passer du goût du « sucré » dans le thé, café).
• Les apports en AGPI oméga 3 et 6 au travers des huiles vierges première pression à froid (colza, noix, tournesol…).
- Pour les assaisonnements : utiliser en alternance ou en mélange des huiles vierges première pression à froid (ou extraites à froid) riches en acides gras oméga 3 (huile de lin, noix, cameline, soja, chanvre, colza) ou en acides gras oméga 6 et vitamine E protectrice, anti-oxydante (germe de blé, tournesol,
pépins de raisin, carthame).
- Pour la cuisson : utiliser l’huile d’olive, plus stable à la chaleur de la cuisson, jusqu’à 140° (pas de transformation des acides gras en acides trans). L’huile ne doit donc pas fumer (pour l’éviter, ajouter 1 c. à c. d’eau avant la cuisson).
- Aliments riches en AGPI
- Les poissons gras : saumon, sardine, hareng, anchois, espadon, fl étan, maquereau, rouget, thon riches en oméga 3 (EPA/DHA) crus, ou marinés, ou cuits à basse température.
- Les fruits de mer (huîtres, moules…).
- La mâche, le pourpier, l’avocat.
- Pour un complément en AGPI : parsemer les salades de graines de tournesol, de lin (mixées), d’amandes, de noisettes, de noix, de pignons de pin.
• L’apport d’iode : fruits de mer, algues (algue kombu dans l’eau de cuisson des légumineuses et des céréales par exemple).

 

Conseils d’hygiène de vie


• Eviter de sauter un repas, manger régulièrement (toutes les 3 ou 4 heures), si besoin, dans le calme.
• Pour faire passer une envie de sucré : se détendre, prendre une infusion, un grand verre d’eau avec
quelques gouttes d’huile essentielle de citron bio, se relaxer, prendre plusieurs respirations profondes.
• Pratiquer régulièrement une activité sportive douce.

 

 

LES REPAS CONSEILLES

 

 

Petit-déjeuner riche en protéines : aucun aliment sucré ni au goût sucré

 

Soit 1 ou 2 tranches de pain complet ou semi-complet avec au choix : jambon, poisson fumé, fromage de chèvre ou brebis, 1 oeuf coque, pâtes d’oléagineux natures : amandes, noisettes, sésame.

 

Soit 1 yaourt de soja battu avec 2 c. à c. d’huiles première pression à froid (noix, tournesol, lin, germe de blé) + des oléagineux et/ou des herbes aromatiques selon le goût.

 

 

Repas de midi

 

Crudités de saison en début de repas avec un assaisonnement d’huile vierge première pression à froid, jus de citron, ou vinaigre de cidre ou de pomme + gomasio.

 

Protéines animales : viande, volaille ou charcuterie : maximum 3 fois par semaine, poisson, surtout gras : au moins 3 fois par semaine, oeuf : 1 par semaine (coque, mollet, poché).

 

Légumes cuits à la vapeur + un fi let d’huile d’olive.

 

Céréales complètes ou semi-complètes (1 tranche de pain ou galettes ou 2 c. à s. de céréales cuites) ou 2 c. à s. de légumineuses ou 1 à 2 pommes de terre vapeur.

 

Le dessert peut être : infusion à la cannelle ou à la vanille, non sucrée, + noix, noisettes ou amandes

nature, compote de fruits sans sucre ajouté, avec cannelle, cardamome…

 

 

Goûter

 

Fruits frais ou fruits cuits avec des oléagineux (noix, noisettes, amandes…)

 

 

Repas du soir

 

Léger, pris tôt, sans produits animaux :

Légumes cuits ou en potage épais.

Légumineuses ou céréales complètes ou semi-complètes (sarrasin, riz, pâtes, quinoa, millet, petit épeautre, maïs, blé, boulgour, lentilles, pois chiche, pois cassés) ; tofu.

 

Si l’on ne peut se passer de dessert : yaourt de brebis + purée d’oléagineux ou compote de fruits sans

sucre (ajouter cannelle, vanille).

 


QUAND FAIRE UNE CURE DETOX ?

 


Terrain < à 10% Bravo, ne changez rien !
Terrain compris entre 10% et 30% Suivez les conseils alimentaires liés à votre terrain prédominant. Il n’est pas nécessaire de prendre des compléments alimentaires. Vous pouvez cependant prendre du Bionisol adapté au terrain le plus proche de 30%, pour diminuer les symptômes liés à ce terrain.
Terrain > à 30% Suivez scrupuleusement les conseils alimentaires liés à votre terrain et démarrez une cure detox.
Terrain > à 70% Il faut traiter ce terrain en urgence. Faire une cure detox rapidement et suivre scrupuleusement les conseils alimentaires. Un bilan au bout des 3 mois de cure sera nécessaire pour évaluer les résultats.
 

1 seul terrain > à 30%

 

Faire la cure detox de ce terrain (3 mois)

Plusieurs terrains > à 30%

  

Le terrain B est compris entre 30% et 50%
Suivre une cure de detox de 1 mois du terrain B puis une cure du terrain dominant.

Exemple : Le terrain B est à 37% et le terrain A est à 42% : faire 1 mois de cure detox du terrain B puis 3 mois de cure du terrain A (1 mois de cure detox puis 2 mois de cure de restructuration)

  

Le terrain B est > à 50%

Suivre une cure de 3 mois du terrain B puis une cure de 3 mois du terrain dominant.

Exemple : Le terrain B est à 57% et le terrain A est à 42% : faire 3 mois de cure du terrain B puis 3 mois de cure du terrain A.

Le terrain B est < à 30% et le terrain I ou O est > à 40%
Suivre une cure de 1 mois du terrain I ou O puis une cure de 3 mois du terrain dominant.

Exemple : Le terrain B est à 36% et le terrain O est à 42% : faire 1 mois de cure detox du terrain B puis 3 mois de cure du terrain O.

 
Le terrain B est < à 30% et le terrain I ou O est < à 40%

Suivre une cure de 3 mois du terrain dominant.

Exemple : Le terrain B est à 12% et le terrain I est à 25% : faire 3 mois de cure du terrain I

 


 

 

 

 

 

Les compléments alimentaires et les cures detox présents sur ce site sont élaborés par le laboratoire Nutergia.

Les compléments alimentaires ne peuvent en aucun cas se substituer à un traitement allopathique. Ils permettent de renforcer le terrain, en complément de thérapeutiques médicamenteuses et d’une alimentation équilibrée.

Demandez l'avis de votre médecin avant de débuter votre cure.