Bulle d'O
Haptonomie, naturopathie

Karine STOCK
67 rue Roger Bérin
54270 ESSEY les NANCY

Tél : 06 85 66 98 55

 

Prendre RDV en ligne

 

 

 

Horaires :
 
Lundi 8h30 / 12H30 - 14h / 17h
Mardi 8h30 / 12h30 - 14h / 17h
Mercredi 8h30 / 12h30
Jeudi 8h30 / 12h30 - 14h / 18h

Vendredi 8h30/ 12h30 - 14h / 17h

 

Tarifs des prestations

 

Découvrez de nombreux articles autour de la naissance et de la parentalité bienveillante sur ma page Facebook. N'hésitez pas à me demander en amie !

 

 

Haptonomie à Nancy.

Accompagnement affectif à la naissance à Nancy en Lorraine (54).

Accompagnement haptonomique du bébé de la naissance à la marche à Nancy en Lorraine à Nancy.

Haptonomie, accompagnement affectif à la naissance et accompagnement du bébé de la naissance à la marche à Nancy en Lorraine (54)

Le rôle des contractions

Les contractions de l’uterus sont des stimulations pour la peau et le fœtus. Pendant la phase de travail, les contractions exercent des pressions qui s’intensifient et préparent les systèmes vitaux à leur fonctionnement post-natal.

 

L’homme nait inachevé et le reste plus longtemps que n’importe quel animal. La grande taille de son corps et de sa tête à 9 mois rend nécessaire la naissance de l’enfant à ce moment. En effet, si l’enfant continuait à grandir, il ne pourrait plus naitre car le diamètre de sa tête serait trop important. Bostock considère que la gestation de l’enfant se termine au moment où il commence à courir à 4 pattes.  La naissance n’inaugure pas plus la vie d’un individu qu’elle ne marque la fin de sa gestation. Elle représente une série de transformations fonctionnelles complexes et extrêmement importantes qui servent à préparer le nouveau né à passer de gestation dans la matrice à la gestation en dehors de la matrice.

Les mammifères ont une période de travail durant l’accouchement courte et qui est insuffisante pour déclencher l’activité des systèmes vitaux (système génito-urinaire, gastro-intestinal et partiellement respiratoire) C’est pour provoquer cette mise en route que la mère lèche ses petits.

Pour l’espèce humaine, le léchage est remplacé par des contractions prolongées de l’utérus sur le corps du fœtus. Les stimulations qu’il reçoit activent et tonifie les systèmes vitaux et les préparent aux fonctions qu’ils vont remplir juste après la naissance.

Les systèmes vitaux comprennent

-         le système respiratoire qui contrôle l’inspiration de l’oxygène d’une part, l’utilisation et l’élimination du gaz carbonique d’autre part ;

-         le système circulatoire qui oxygène les vaisseaux sanguins jusqu’aux capillaires pour alimenter les cellules, élimine les déchets gazeux et les renvoie vers les poumons ;

-         le système digestif qui s’occupe de l’ingestion et de la décomposition chimique de la nourriture solide et liquide ;

-         le système d’élimination qui expulse les déchets des voies alimentaires et urinaires ;

-         la peau grâce aux glandes sudoripares ;

-         le système nerveux qui informe l’organisme des stimuli et le met à même de réagir correctement ;

-         le système endocrinien qui coordonne le fonctionnement de tous ces systèmes et joue un rôle important dans la croissance, le développement et le comportement.

 

La réaction du centre respiratoire aux changements biochimiques dus au manque d’oxygène et à l’accumulation de gaz carbonique déclenche l’ensemble compliqué du processus de la respiration.

La circulation devient autonome.

Le foramen, l’orifice percé entre le septum, la paroi qui sépare les deux ventricules du coeur, commence à se fermer. Pour le fœtus, cet orifice laissait passer le sang directement du ventricule droit au ventricule gauche.

De même, le ductus arteriosus se ferme. Il reliait directement, par en dessous, l’aorte au tronc pulmonaire. Maintenant, ce sont les artères pulmonaires qui véhiculent le sang jusqu’aux poumons pour qu’ils soient oxygénés, de là, il retourne au cœur par les veines pulmonaires et après être passé dans le ventricule gauche par l’aorte, il rejoint la circulation générale.

C’est un circuit très différent de celui qui existait dans le fœtus. Celui-ci implique d’une manière tout à fait nouvelle la mise en jeu de muscle (ceux de la poitrine, de l’abdomen, du diaphragme et du cœur) et aussi d’organes tels que les poumons et l’ensemble des voies respiratoires. De plus, le nouveau né commence à prendre en charge la régulation thermique de son corps. Là encore, ce sont les stimulations dues au processus de naissance qui ont éveillé l’activité des centres régulateurs thermiques.

 

On peut se demander ce qui se passe lorsque la stimulation cutanée du fœtus ne se fait pas bien, par exemple dans le cas d’enfants né prématurés ou par césarienne. Le Docteur Drillien s’est aperçu que ces enfants présentaient pendant les premières années de leur vie post natale un taux sensiblement plus fort que les enfants né normalement de maladies et de troubles rhino-pharingiques et respiratoires. La différence était particulièrement nette pendant la première année. Les enfants prématurés arrivés à l’âge de la crèche faisaient preuve d’une acuité sensorielle plus élevée et un retard dans le contrôle de leur activité manuelle et linguistique. Les pédiatres ont remarqué que les bébés nés par césarienne présentaient des tendances à la léthargie et pleuraient moins que les enfants né normalement.

Le docteur H Barron soutient que la stimulation cutanée à posteriori peut compenser en partie le manque de stimulation de la peau pendant le processus de naissance lui-même.

 

 

Source : La peau et le toucher – Ashley Montagu- Edition Broché